MARTIAL SOLAL & DAVE LIEBMAN SORTENT LEUR ALBUM




MARTIAL SOLAL & DAVE LIEBMAN SORTENT LEUR ALBUM

UN CONCERT UNIQUE EN FRANCE, ENREGISTRE AU CHATEAU GUIRAUD.

Dès 2007, Château Guiraud accueille régulièrement le festival « Jazz and Wine », organisé par Jean-Jacques Quesada.  En 2016, il s’agissait de mettre en scène deux géants du jazz : Martial Solal, pianiste de jazz, compositeur, arrangeur et chef d'orchestre, et Dave Liebman, saxophoniste et compositeur de jazz américain. Le 4 août, dans le parc de Château Guiraud, ils improvisent et enregistrent leur album : « Martial Solal et Dave Liebman Masters in Bordeaux ». Ce soir-là, le miracle se produit. Le temps était maussade mais les cœurs enjoués.

Ce nouvel album est sorti cet automne. Six de leurs meilleurs titres y sont référencés : All The Things You Are, Night And Day, Solar, What Is This Thing Called Love, On Green Dolphin Street, Lover Man. Au total, ce disque multiculturel offre 40 min de bonheur spontané. 

Focus sur MARTIAL SODAL :

Martial Solal n’en finit pas de surprendre. Parallèlement à d’innombrables expériences avec les solistes internationaux les plus prestigieux, dans toutes les instrumentations du solo au grand orchestre, il continue d’affectionner l’art des petites formes, en particulier le trio et le duo. De Lee Konitz à Stéphane Grappelli en passant par Michel Portal, Didier Lockwood, Eric Le Lann, John Lewis ou Joachim Kühn, le dialogue continue d’être un de ses terrains de jeu de prédilection.

 

Cette nouvelle rencontre historique avec le saxophoniste Dave Liebman relève de l’évidence. Exigence esthétique, connaissance intime du répertoire et des langages du jazz, goût partagé du risque et des dialogues aventureux, ces deux musiciens hors-normes ont en effet tout pour s’entendre. En initiant ce duo inédit avec Dave Liebman, héritier de l’esprit et des fulgurances de John Coltrane, Martial Solal nous promet un de ces sommets où la magie du jazz se joue sur ce qu’il a de plus essentiel : l’imprévisible.


  Date de publication : il y a 1 an, par : Château Guiraud
             

 Retour au blog